autocollant-japonais

Il y a un an, la Terre tremblait au Japon... Nous avons tous l'image de cette vague géante engloutissant des ports et des champs entiers. Il y a des images qui vous marquent à vie comme celles du 11 septembre 2001. Une autre image aura fait le tour du monde peu de temps après le tsunami japonais: un des réacteurs de Fukushima qui explose, crachant au ciel un nuage radioactif. Un nouveau Tchernobyl mais aussi un nouveau drame nucléaire pour un pays qui n'en était pas à son premier chapitre.
Aujourd'hui, j'ai une pensée profonde pour le peuple nippon car beaucoup ont parlé de leur humilité face à l'adversité. Humilité... Le mot vient du latin qui veut dire Terre... à voir l'attachement des Japonais à leurs terres, on peut effectivement parler d'humilité mais ajoutons aussi le courage face à la fatalité et une pointe d'inconscience. Oui, l'inconscience face une situation plutôt grave. Je ne parle pas ici de sotte naïveté mais plutôt de l'inconscience, celle des enfants qui profitent du jour présent, ne voulant pas penser à demain car demain c'est un autre jour. Oui, que sera demain pour le Japon? Je ne veux pas croire qu'une nation puisse disparaître à cause de cette connerie de nucléaire dont certains disent qu'il est indispensable. Pourquoi? Pour recharger les batteries de nos téléphones, allumer nos ordinateurs, avoir accès à internet de n'importe où? L'électricité est effectivement indispensable mais le nucléaire?...

Le débat nécessite plus qu'un de mes futiles billets. Ma conscience, je la façonne à ma manière. Vous êtes libres de penser différemment mais moi, même si je peux me passer de nucléaire, je ne pourrais pas me passer des films de Kurosawa, de Miyazaki, de Kitano, des mots de Tanizaki, de Kawabata, de la musique d'Hisaishi, de gastronomie japonaise, d'art japonais, etc... de culture japonaise, cette culture intimement liée à la Terre, cette Terre que la bêtise humaine a souillée pour de nombreuses années. Et j'ai peur, peur qu'avec la disparition de cette Terre, la culture japonaise disparaisse.

Je suis en vie
Je fais ce que je peux
Les feuilles de printemps aussi.
(Haïku de Tomiko OKUDA)

MAKI CAKE (cake au wasabi, saumon fumé, sésame noir et nori)

P1010632b

250g de beurre pommade
250g de farine
2 belles tranches de saumon fumé
4 cuillères à soupe de sucre
4 oeufs, jaunes et blancs séparés
120ml de lait
2 cuillères à soupe de wasabi
2 cuillères à soupe de graines de sésame noir
2 cuillères à café de levure chimique
3 feuilles de nori
Beurre pour le moule

Préchauffez le four à 180°C.
Dans un saladier, battez le beurre pommade. Ajoutez le sucre puis les jaunes d'oeuf. Incorporez petit à petit la farine tamisée et la levure chimique sans cesser de battre. Terminez en ajoutant le lait, le wasabi, les graines de sésame préalablement torréfiés puis le saumon fumé détaillé en petits carrés. Montez les blancs en neige ferme. Incorporez délicatement 1/3 des blancs en neige à l'appareil précédent. Incorporez le reste tout aussi délicatement.
Beurrez un moule à cake. Découpez des bandes de feuilles de nori de la hauteur de votre plat à cake. Foncez les bords du moule des bandes de feuilles de nori. Versez délicatement la pâte dans le moule. Lissez la surface à la spatule.
Mettez au four durant 45 minutes (vérifiez la cuisson en piquant la pointe d'un couteau qui doit ressortir sèche).
Laissez refroidir 20 minutes avant de trancher et servir.
P1010641